Dessins et photo-graphies

Étude de mains

Baccio Bandinelli
XVIe siècle

Bandinelli réalise ici une étude de deux mains gauches, masculines. Il s’agit sans doute d’un travail préparatoire à la réalisation d’une sculpture. Le rendu des chairs est à la fois délicat et puissant.

On trouve la sanguine sous forme de craie ou de crayon, constitués à partir d’une roche appelée l’hématite. Celle-ci contient de l’oxyde de fer, qui apporte la couleur rouge. Elle peut être utilisée comme la pierre noire, à savoir que l’on peut estomper le dessin avec le doigt afin de créer des dégradés.

 

La couleur de la sanguine peut varier, selon sa composition. Au XVIe siècle, Bandinelli et ses contemporains utilisent des sanguines aux teintes claires, mais avec le temps, on voit apparaître des dessins à la sanguine présentant des teintes tirant sur le brun sombre. Cette variation dans les tons permet aux artistes de rendre avec beaucoup de réalisme le modelé et le volume des chairs, ce qui explique pourquoi la sanguine a été majoritairement utilisée pour la représentation de figures humaines.

 

Malheureusement l’emploi de la sanguine va tomber en désuétude au XIXe siècle, notamment à cause de l’apparition d’un concurrent de taille : le crayon de couleur !

 

N° d’inventaire : Pl 20

 

Détail :

Le Palais des Beaux-Arts de Lille conserve plusieurs dessins de Baccio Bandinelli, dont cette « Main tenant la poignée d’une épée ». S’agirait-il du même modèle ?

Étude de mains
Étude de mains

Bandinelli réalise ici une étude de deux mains gauches, masculines. Il s’agit sans doute d’un travail préparatoire à la réalisation d’une sculpture. Le rendu des chairs est à la fois délicat et puissant.

On trouve la sanguine sous forme de craie ou de crayon, constitués à partir d’une roche appelée l’hématite. Celle-ci contient de l’oxyde de fer, qui apporte la couleur rouge. Elle peut être utilisée comme la pierre noire, à savoir que l’on peut estomper le dessin avec le doigt afin de créer des dégradés.

 

La couleur de la sanguine peut varier, selon sa composition. Au XVIe siècle, Bandinelli et ses contemporains utilisent des sanguines aux teintes claires, mais avec le temps, on voit apparaître des dessins à la sanguine présentant des teintes tirant sur le brun sombre. Cette variation dans les tons permet aux artistes de rendre avec beaucoup de réalisme le modelé et le volume des chairs, ce qui explique pourquoi la sanguine a été majoritairement utilisée pour la représentation de figures humaines.

 

Malheureusement l’emploi de la sanguine va tomber en désuétude au XIXe siècle, notamment à cause de l’apparition d’un concurrent de taille : le crayon de couleur !

 

N° d’inventaire : Pl 20

 

Détail :

Le Palais des Beaux-Arts de Lille conserve plusieurs dessins de Baccio Bandinelli, dont cette « Main tenant la poignée d’une épée ». S’agirait-il du même modèle ?

Fermer
Les autres Oeuvres de la Collection

Dessins et photo-graphies

Afficher toutes les œuvres

Accès aux collections