Sculptures XIXe-XXe siècles

Hermaphrodite

François Milhomme
Vers 1808

François Milhomme, sculpteur valenciennois, remporte le Prix de Rome en 1801 puis séjourne à Rome, à la villa Médicis. Il profite de son voyage pour observer les plus belles sculptures antiques. Il a notamment la chance de découvrir la collection Borghèse, avant qu’elle ne soit achetée par Napoléon 1er et envoyée au Louvre à Paris. L’une des pièces phares de cette collection est « l’Hermaphrodite endormi », une sculpture antique dont on ne connait pas l’auteur ; Milhomme décide d’en faire une copie.

 

Le personnage est représenté sur le ventre, allongé sur un matelas qui épouse ses formes féminines. Le corps est alangui, seul le pied est levé et tendu, ce qui semble indiquer que ce personnage est en train de rêver. Un seul détail étonne dans cette parfaite vision de la beauté ; le personnage possède un sexe d’homme !

Il s’agit en fait d’Hermaphrodite, le fils des dieux grecs Hermès et Aphrodite. Le jeune homme, très beau, repoussa un jour les avances de la nymphe Salmacis. Celle-ci, désespérée, implora les dieux de l’unir à jamais à Hermaphrodite. Son souhait fut exaucé puisque leurs deux corps furent réunis en un seul, mi-homme, mi-femme !

N° d’inventaire : Sc. 29

 

Détail : La sculpture originale de « l’Hermaphrodite endormi » a été retrouvée à Rome en 1608. Son propriétaire, le cardinal Borghèse, demande au sculpteur Le Bernin de compléter la sculpture en ajoutant un matelas confortable pour Hermaphrodite. L’œuvre est aujourd’hui conservée au musée du Louvre à Paris.

Hermaphrodite
Hermaphrodite

François Milhomme, sculpteur valenciennois, remporte le Prix de Rome en 1801 puis séjourne à Rome, à la villa Médicis. Il profite de son voyage pour observer les plus belles sculptures antiques. Il a notamment la chance de découvrir la collection Borghèse, avant qu’elle ne soit achetée par Napoléon 1er et envoyée au Louvre à Paris. L’une des pièces phares de cette collection est « l’Hermaphrodite endormi », une sculpture antique dont on ne connait pas l’auteur ; Milhomme décide d’en faire une copie.

 

Le personnage est représenté sur le ventre, allongé sur un matelas qui épouse ses formes féminines. Le corps est alangui, seul le pied est levé et tendu, ce qui semble indiquer que ce personnage est en train de rêver. Un seul détail étonne dans cette parfaite vision de la beauté ; le personnage possède un sexe d’homme !

Il s’agit en fait d’Hermaphrodite, le fils des dieux grecs Hermès et Aphrodite. Le jeune homme, très beau, repoussa un jour les avances de la nymphe Salmacis. Celle-ci, désespérée, implora les dieux de l’unir à jamais à Hermaphrodite. Son souhait fut exaucé puisque leurs deux corps furent réunis en un seul, mi-homme, mi-femme !

N° d’inventaire : Sc. 29

 

Détail : La sculpture originale de « l’Hermaphrodite endormi » a été retrouvée à Rome en 1608. Son propriétaire, le cardinal Borghèse, demande au sculpteur Le Bernin de compléter la sculpture en ajoutant un matelas confortable pour Hermaphrodite. L’œuvre est aujourd’hui conservée au musée du Louvre à Paris.

Fermer
Les autres Oeuvres de la Collection

Sculptures XIXe-XXe siècles

Afficher toutes les œuvres

Accès aux collections